uniforme japonais

L’UNIFORME JAPONAIS – POURQUOI TOUS LES ÉTUDIANTS AU JAPON LE PORTENT-ILS ?

L’école japonaise est le reflet de la hiérarchie dans la société des adultes. Tout comme dans les entreprises, c’est le code vestimentaire qui vous indique à quel niveau de la hiérarchie professionnelle vous vous trouvez, l’uniforme scolaire d’un étudiant japonais indique l’école qu’il fréquente. L’uniformité, détestée par les enfants français, est non seulement acceptée par la société japonaise, mais aussi très importante – la hiérarchie et le sentiment d’appartenance à un groupe social particulier sont évidents et naturels pour les habitants du pays du Soleil-Levant : ils ordonnent le monde et aident à trouver son chemin dans des relations interpersonnelles compliquées. Les uniformes éliminent également l’éternel dilemme de « quoi porter » à l’école ou au travail.

Le mot japonais pour uniforme est seifuku (jp.制服). L’uniformisation des tenues scolaires a eu lieu au Japon à la fin du XIXe siècle, et rien n’indique qu’elle va être complètement abandonnée. Si dans les écoles primaires, le port de l’uniforme japonais n’est pas obligatoire (bien que la grande majorité des écoles décident de l’introduire), dans les écoles secondaires, il est courant et c’est grâce à lui que l’on peut voir au premier coup d’œil que l’on est un élève d’une école particulière.

Du banc de l’école à la culture pop grand public

uniforme japonais

L’uniforme des filles et des femmes japonaises sērā -fuku (jp. セーラー服) est calqué sur les uniformes de la marine britannique. Oui, il s’agit de cet uniforme distinctif appelé « navydress » : une blouse blanche avec un col bleu marine et une jupe plissée noire ou bleu marine. Plus des chaussettes jusqu’aux genoux (noires, bleu marine ou blanches) et un costume pour les jours plus frais. En un mot – la quintessence du style, ce qui, pour les étudiants français, est totalement inacceptable, alors qu’au Japon, il est si bien établi dans sa fonctionnalité qu’il a même trouvé sa place dans la culture pop et est considéré comme une icône. Les mangas et les anime ont popularisé le sērā -fuku à tel point qu’il nous est probablement plus facile d’imaginer des personnages de dessins animés ou de bandes dessinées portant des uniformes scolaires traditionnels que toute autre tenue. Aujourd’hui, les jeunes femmes japonaises ont commencé à porter leur uniforme japonais non seulement à l’école, mais aussi lors des sorties entre amis. C’est presque un élément de style culte. La conception du célèbre uniforme de marin japonais est attribuée à Elisabeth Lee, la directrice de Fukuoka Jo Gakuin.

L’uniforme des garçons et des hommes japonais gakuran (jp. 学ラン) ou tsumēri (jp. 詰め襟) est basé sur les uniformes de l’armée prussienne. La veste à col montant est boutonnée et porte souvent l’emblème/logo de l’école. Une chemise blanche et un pantalon droit complètent la tenue. Il est intéressant de noter que le deuxième bouton en partant du haut, celui qui est le plus proche du cœur, est souvent offert à la fille en signe d’amour.

Outre les uniformes scolaires traditionnels japonais, il existe également des modèles plus modernes de style occidental. Cravates, mini-jupes à carreaux, costumes avec pantalon d’une couleur différente de celle de la veste, pulls. Bien sûr, les étudiants rebelles trouvent aussi leurs propres moyens de contourner l’uniformité. Pour les garçons, il peut s’agir d’une chemise tirée du pantalon ou déboutonnée, d’un pantalon baissé au niveau des hanches ou du port de badges de clubs différents. Les filles raccourcissent souvent leurs jupes ou portent des chaussettes larges. Il faut savoir que les casquettes étaient autrefois un accessoire standard des uniformes japonais, qui ont été abandonnés aujourd’hui.

La modernisation de la culture

De plus en plus d’écoles décident de rendre le code vestimentaire plus flexible. Au lycée Kashiwanoha de Kashiwa (préfecture de Chiba), par exemple, les élèves ont le choix de porter des pantalons ou des jupes, ainsi que des cravates et des rubans. Cette décision a été prise pour répondre aux besoins des étudiants LGBT qui se sentaient mal à l’aise dans les modèles d’uniformes qui leur étaient attribués à l’avance. Tout aussi important pour les filles est le changement qui leur permet de choisir entre les jupes et les pantalons, qui sont beaucoup plus confortables et fonctionnels en automne et en hiver.

L’année dernière, le monde entier a appris que la direction de l’école primaire Taimei, située dans le prestigieux quartier de Ginza à Tokyo, avait commandé des uniformes conçus par Giorgio Armani pour ses élèves. Le prix – environ 80 mille yens, soit 730 dollars, est plus élevé qu’un costume pour un adulte ! Cependant, les parents ont protesté, arguant que les uniformes avaient été introduits à l’origine pour que les enfants des familles les plus pauvres ne soient pas discriminés à cause de leurs vêtements. Cependant, leurs protestations n’ont servi à rien…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.