soldat du futur avec arme

Le soldat du futur, qu’est ce que c’est ?

Le soldat du futur sera un soldat augmenté, une sorte de super héros. La technologie va lui donner des supers pouvoirs. En effet, toutes les armées du monde y travaillent aujourd’hui. Un travail sur cette notion de soldat augmenté qui serait un combattant aux capacités physiques et cognitives transformées, amélioré grâce à la science et la technologie.

Alors ça englobe plein de choses. D’abord un équipement ultra hi-tech, évidemment. Exemple numéro un, ce sont les exosquelettes, ces armures d’Iron Man qui permettent de décupler la force d’un être humain, de lui permettre de porter des charges lourdes. Il y a plusieurs projets Hercule en France, Talos aux États-Unis. C’est compliqué parce que c’est pas forcément très opérationnel pour l’instant. Il faut des batteries, c’est pas forcément facile à mettre en place, mais ce sont des choses qui sont en train d’arriver. Deuxième chose des lunettes de réalité augmentée qui permettent à un soldat, par exemple, d’avoir dans une petite vignette, un peu comme dans un jeu vidéo finalement, la position de ses alliés, de ses ennemis de voir dans la nuit, de voir même à travers les murs.

La technologie est elle au service de l’innovation ?

Incroyable innovation, une caméra qui permet à son maître de distance de voir à travers le béton et le ciment. Alors qu’on le dit de voir, en fait, c’est de détecter la position d’un individu. Ça peut être un ennemi ou ça peut être juste un otage, par exemple, qu’on vient chercher. Est il debout ? Est ce qu’il est assis ? S’agit-il d’un enfant ? Est ce que c’est un adulte hyper intéressant ? Évidemment. Dans les missions de sauvetage ou de renseignement, on peut même aller encore plus loin. Quand on dit soldat augmenté, on pense aussi à des mutations corporelles, voire génétiques. Alors là, on entre dans le vertigineux. Mais effectivement, ça intéresse Star Wars. Ah oui, là, c’est Star Wars, mais c’est aussi Black Mirror. Tu vois, tu as ce côté aussi complètement flippant. On va le dire comme ça. En 2017, Vladimir Poutine parlait de l’avènement d’un soldat génétiquement modifié. Il donnait pas plus de précisions, mais il y a plein d’exemples.

le soldat du futur est il un robot ?

Le soldat du futur, est-ce que la réalité va-t-elle bientôt dépasser la fiction ?

Les États-Unis, par exemple, accusent la Chine de réaliser des tests sur des humains. Ils développeraient des soldats avec des capacités biologiques augmentées. Certaines armées utiliseraient déjà des opérations de la cornée pour accroître l’acuité visuelle des soldats de 20 %. Parmi les autres pistes qui sont explorées, une puce implantée dans le cerveau qui permettrait de contrôler des armes ou des drones à distance. La DARPA, le laboratoire de recherche de l’armée américaine, y travaille sérieusement. Et puis il y a l’utilisation de drogue aussi. l’Armée américaine travaille avec un laboratoire qui s’appelle Metro Biotech sur une pilule anti-vieillissement, qui aurait entre autres effet le fait de limiter la baisse des performances physiques avec l’âge, une endurance renforcée, mais aussi le fait de se remettre plus rapidement d’une blessure. C’est pas nouveau. Depuis la Seconde Guerre mondiale, à l’époque, les alliés et les nazis étaient sous amphet pendant la guerre. On a toujours dopé les soldats. Absolument, mais si tu veux là, on va passer à l’étape supérieure si on peut dire. Et en France alors ?

Quelle est la vision de la France sur le soldat du futur ? Iron man ou spider man ?

En France, il y a cette question qui se pose, qui est une question philosophique jusqu’ou on veut, jusqu’ou peut-on aller pour doper la force, la résistance, la puissance cérébrale de nos soldats ? Il y a un comité d’éthique du ministère des Armées qui a donné son feu vert à la recherche sur le soldat augmenté, mais avec une limite assez claire qui a été posée par Florence Parly. L’ex ministre des armées, avec une formule assez claire Oui à Iron Man, non à Spider man, autrement dit oui aux armures, aux exosquelettes, à toutes les augmentations externes. Cependant elle refuse les mutations génétiques pour créer des super soldats comme ça pourrait se faire ailleurs dans le monde. Donc voilà, on l’a, c’est la limite qui a été tracée par la France. Oui à Iron Man, non à Spider man. Pour l’instant, c’est la position française. On verra si c’est tenable. Parce que si pendant ce temps si les autres nations ont évolué, c’est toujours le poil de la bête.  A suivre donc. Mais c’est très intéressant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.